Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 16:49

http://storage.canalblog.com/97/56/707407/55357334.jpg La part de l’autre - Eric Emmanuel Schmitt


 

Le roman débute par la proclamation des résultats au concours de l’école des beaux-arts de Vienne en 1908. A partir de ce qui ressemble à un non-événement, deux récits s’alternent : l’histoire d’Hitler, recalé du concours et celle de son « double » Adolph H., déclaré admis par le jury… L’Histoire avec un H majuscule et l’uchronie imaginée par l’auteur…


Dans ce roman EES imagine avec brio « les possibles historiques », c’est le jeu du « et si ? »  : Et si Hitler, qui se sentait en sa jeunesse une âme d’artiste, avait été reçu à ce concours ? Qui serait-il devenu ?  Qu’aurait-il fait de sa vie ? Probablement qu’Hitler, Adolph H., dans cette partie du récit, aurait eu une vie plutôt ordinaire : il aurait aimé des femmes, se serait marié,  aurait eu des enfants, aurait vécu de son art, se serait peut-être même fait un nom et aurait terminé sa vie, tranquillement, entouré des siens… une vie ordinaire, un homme ordinaire, dans un monde ordinaire…


La part de l’autre c’est donc la part d’humain dans le monstre mais c’est aussi la part de monstre qui se trouve dans l’humain, dans chaque homme, en chacun d’entre nous peut-être… la part de l’autre c’est la part cachée de l’individu, celui ou celle que l’on serait devenu, que l’on aurait pu devenir,  si l’on avait changé un détail infime de notre vie … une réussite ou un échec à un concours et le destin de l’homme change et le sort de l’humanité bascule…

Avec La part de l’autre, EES nous oblige en quelque sorte à nous interroger sur nous-mêmes… c’est un peu la même idée que dans la chanson de JJ Goldmann « si j’étais né en dix sept à Leidenstadt »


Le roman est une réussite mais c’était aussi un pari que d’oser aborder un tel sujet et d’une telle manière, c’est à dire, sans renier la part d’humanité inhérente à Hitler : je n’oublie pas à ce sujet, mon prof d’histoire-géo au collège qui nous racontait qu’Hitler avait pleuré à la mort de son canari… pendant qu’il faisait assassiner 6 millions de juifs dans les chambres à gaz…


Attention, loin de moi l’idée d’essayer de disculper le monstre et ce n’est pas l’intention non plus d’EES mais force est de constater que l’être humain est insondable et que le monstre peut se tapir en chacun de nous, les faits divers nous offrent chaque jour des exemples affligeants d’êtres humains « normaux » qui subitement basculent dans l’horreur absolue…

 

 

 


Quelques citations:

" il n'éprouvait aucun sentiment de solitude car il n'avait jamais pensé qu'il avait besoin des autres"

"il n'y a trahison que lorsqu'il y a promesse"

"je n'ai pas le droit de perdre la maîtrise de ma vie. Je ne dois pas me laisser dominer par autrui."

"sa vie avait été assez longue pour qu'il entende plusieurs fois tout et son contraire."

"il n'y a pas de sécurité en amour car chacun pense qu'il doit dissimuler, qu'il ne peut être aimé pour ce qu'il est. [...] un grand amour, c'est un mensonge réussi et constamment renouvelé."

"j'admets la part de l'autre dans la constitution de mon destin."



Partager cet article

Repost 0
Published by carosof - dans j'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : blog à part de carosof
  • blog à part de carosof
  • : de tout, de rien; des photos, des mots, des infos; un peu de ma vie, un peu de votre vie ...
  • Contact

Profil

  • carosof