Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 20:36

Aujourd'hui je vous propose la lecture d'une nouvelle à chute comme je les aime... surtout ne pas lire la fin avant!!!

 

 

Lucien était douillettement recroquevillé sur lui-même. C'était là une position qu'il lui plaisait de prendre. Il ne s'était jamais senti aussi heureux de vivre, aussi détendu. Tout son corps était au repos et lui semblait léger. Léger comme une plume, comme un soupir. Comme une inexistence. C'était comme s'il flottait dans l'air ou peut-être dans l'eau. Il n'avait absorbé aucune drogue, usé d'aucun artifice pour accéder à cette plénitude des sens. Lucien était bien dans sa peau. Il était heureux de vivre. Sans doute était-ce un bonheur un peu égoïste.

Une nuit, le malheureux fut réveillé par des douleurs épouvantables. Il se sentit comme serré dans un étau, écrasé par le poids de quelque fatalité. Quel était donc ce mal qui lui fondait dessus ! Et pourquoi sur lui plutôt que sur un autre ? Quelle punition lui était là infligée ? C'était comme si on l'écartelait, comme si on brisait ses muscles à coups de bâton. « Je vais mourir », se dit-il.

La douleur était telle qu'il ferma les yeux et s'y abandonna. Il était incapable de résister à ce flot qui le submergeait, à ce courant qui l'entraînait loin de ses rivages familiers. Il n'avait plus la force de bouger. C'était comme si un carcan l'emprisonnait de la tête aux pieds. Il se sentait attiré vers un inconnu qui l'effrayait déjà. Il lui sembla entendre une musique abyssale. Sa résistance faiblissait.

Le néant l'attirait vers lui.

 

Un étrange sentiment de solitude l'envahit alors. Il était seul dans son épreuve, terriblement seul. Personne ne pouvait l'aider. C'était en solitaire qu'il lui fallait franchir le passage. Il ne pouvait en être autrement.

Ses tempes battaient, sa tête était traversée d'ondes douloureuses. Ses épaules s'enfonçaient dans son corps. « C'est la fin », se dit-il encore. Il lui était impossible de faire un geste.

Un moment, la douleur fut si forte qu'il crut perdre la raison et soudain ce fut comme un déchirement en lui. Un éclair l'aveugla. Non, pas un éclair, une intense et durable lumière plus exactement. Un feu embrasa ses poumons. Il poussa un cri strident. Tout en l'attrapant par les pieds, la sage-femme dit :

« C'est un garçon. » Lucien était né.


 


     Claude BOURGEYX

Les petits outrages  (Éditions Le Castor Astral, 1984)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by carosof - dans textes choisis
commenter cet article

commentaires

Anonyme 05/01/2016 19:28

Bonsoir svp, aider moi Quel genre de vocabulaire remplace celui du debut du texte? Et faites une liste des mots qui montrent le nouvel etat du personnage

anonyme 19/11/2015 20:03

boujour
vous pouvez s il vous plais me dire deux methaphores par rapport au texte

ousseni maoulida 09/10/2015 16:22

extzr

Ils 30/09/2015 11:57

Bonjour Est ce que vous pouvez envoyé le résumé s'il vous plaît

Lorène 29/08/2015 16:07

Bonjour j'aimerai savoir quelques réponses à ses questions s'il vous plait.
A partir de quels mots comprenez-vous ce qui arrive à Lucien?
En quoi le point de vue initial est-il original et provoque-t-il un effet de surprise final?

madyna 07/10/2015 18:03

moi la premiere je dirais :semblait léger. Léger comme une plume, comme un soupir. Comme une inexistence. C'était comme s'il flottait.et la deuxieme "tout en l'attrapant par les pieds"

Moi 14/09/2015 19:14

Pour ta première question; je dirais le mot "Malheureux"...

Présentation

  • : blog à part de carosof
  • blog à part de carosof
  • : de tout, de rien; des photos, des mots, des infos; un peu de ma vie, un peu de votre vie ...
  • Contact

Profil

  • carosof