Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 09:32

Ce matin, aux Etats-Unis, à 5h15 heure française , pendant que nous dormions encore, Troy Davis dont la culpabilité dans le meurtre d'un policier est loin d'être prouvée, a été exécuté ...

encore un exemple de la petite grandeur américaine...

 

 


"Je ne peux pas répondre à toutes vos lettres, mais je les lis toutes. Je ne peux pas vous voir tous, mais j'imagine vos visages. Je ne peux pas vous entendre parler, mais vos lettres m'emmènent aux quatre coins du monde. Je ne peux pas vous toucher physiquement, mais je sens votre chaleur tous les jours que j'existe."

 

                                extrait de la dernière lettre de Troy Davis



 

 

Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort nécessaire. D’abord, parce qu’il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore. S’il ne s’agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. A quoi bon la mort ? Vous objectez qu’on peut s’échapper d’une prison ? Faites mieux votre ronde. Si vous ne croyez pas à la solidité des barreaux de fer, comment osez-vous avoir des ménageries ? Pas de bourreau où le geôlier suffit.
Mais reprend-on, il faut que la société se venge, que la société punisse. Ni l’un, ni l’autre. Se venger est de l’individu, punir est de Dieu. La société est entre deux. Le châtiment est au-dessus d’elle, la vengeance au-dessous. Rien de si grand et de si petit ne lui sied. Elle ne doit pas « punir pour se venger »; elle doit corriger pour améliorer. Transformez de cette façon la formule des criminalistes nous la comprenons et nous y adhérons.
Reste la troisième et dernière raison, la théorie de l’exemple. Il faut faire des exemples ! Il faut épouvanter par le spectacle du sort réservé aux criminels ceux qui seraient tentés de les imiter!
Voilà bien à peu près textuellement la phrase éternelle dont tous les réquisitoires des cinq cents parquets de France ne sont que des variations plus ou moins sonores. Eh bien ! Nous nions d’abord qu’il y ait exemple. Nous nions que le spectacle des supplices produise l’effet qu’on en attend. Loin d’édifier le peuple, il le démoralise, et ruine en lui toute sensibilité, partant toute vertu.


Victor Hugo, Préface au Dernier jour d'un condamné.

Partager cet article

Repost 0
Published by carosof - dans actualité
commenter cet article

commentaires

Carlos Rodrigues 29/10/2011 20:37



Bonsoir


merci pour ce message contre la peine de mort , je suis horrifié de ce que l'on peut entendre autour de soi à ce sujet


Cdt Carlos


 



carosof 29/10/2011 20:54



oui... voir aussi mon article sur "pour elle" qui explique pourquoi on ne peut pas être pour la peine de mort...


 à savoir que le 9 novmebre prochain une nouvelle exécution est prévue au texas...


 



Présentation

  • : blog à part de carosof
  • blog à part de carosof
  • : de tout, de rien; des photos, des mots, des infos; un peu de ma vie, un peu de votre vie ...
  • Contact

Profil

  • carosof