Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 18:34

 

A tous mes passés, mes passants, mes vrais pareils
Tous les possibles qui me sont passés à côté
A tous mes rendez-vous manqués, mes mauvais réveils
A tous ceux que je n'ai pas aimés

Aux sous-entendus, aux errances, à nos silences
A tous ces bonheurs que j'avais cru partager
Aux mots qu'on dit trop vite et sans qu'on les pense
A ceux que j’ai murmurés

A mes rêves manqués

Aux temps perdus à tenter de m’expliquer
A tous les murs que je n’ai pas su escalader

A tout c'que j'ai pas entendu, pas écouté
Tout c'que j'aurais mieux fait d’oublier

Aux autres, à ces erreurs qui ne me touchent plus
Aux pleurs, aux rires que je n'ai pas inventés
Toutes ces amours que d'autres réussissent, qui me tuent
Comme autant de songes inachevés
A mes rêves manqués

Aux amours échouées de s'être trop aimés
Lèvres et doigts croisés juste effleurés
Aux trahisons que j'ai toujours regrettées
Aux serments qu'il aurait fallu jeter

A tout ce qui nous revient enfin, mais trop tard
A tous les masques qu'il aura fallu ôter
A nos détresses, nos déceptions et nos espoirs
Aux heures impossibles à oublier

A mes rêves manqués

 

 

Carosof

 

 

A tous mes loupés, mes ratés, mes vrais soleils
Tous les chemins qui me sont passés à côté
A tous mes bateaux manqués, mes mauvais sommeils
A tous ceux que je n'ai pas été

Aux malentendus, aux mensonges, à nos silences
A tous ces moments que j'avais cru partager
Aux phrases qu'on dit trop vite et sans qu'on les pense
A celles que je n'ai pas osées
A nos actes manqués

Aux années perdues à tenter de ressembler
A tous les murs que je n'aurais pas su briser
A tout c'que j'ai pas vu tout près, juste à côté
Tout c'que j'aurais mieux fait d'ignorer

Au monde, à ses douleurs qui ne me touchent plus
Aux notes, aux solos que je n'ai pas inventés
Tous ces mots que d'autres ont fait rimer et qui me tuent
Comme autant d'enfants jamais portés
A nos actes manqués

Aux amours échouées de s'être trop aimés
Visages et dentelles croisés justes frôlés
Aux trahisons que j'ai pas vraiment regrettées
Aux vivants qu'il aurait fallu tuer

A tout ce qui nous arrive enfin, mais trop tard
A tous les masques qu'il aura fallu porter
A nos faiblesses, à nos oublis, nos désespoirs
Aux peurs impossibles à échanger

A nos actes manqués

 

 

JJ Goldman

 

 

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 17:28

Le sincier et ses gosses

 

Bossez,  trimez, ne flemmardez pas

Et le blé à vous viendra.

 

Un sincier plein aux as, sentant qu’il allait clamser au matin

Fit venir ses mioches, leur causa sans témoins :

«  Ne claquez pas, leur dit-il, tout l’héritage

Que les vieux nous ont laissé en partage :

Un ticket de millionnaire  avec 3 télés est caché dans le ranch.

 Je ne sais pas où, mais retroussez vos manches

Et dans un coin de la baraque, vous le trouverez :

Réparez, lavez, rangez la bicoque délabrée

Et ne laissez nulle place où la main, la truelle

Et le chiffon ne passent et repassent  sur elle »

Le vieux casse sa pipe, les gosses se font fées du logis.

Deçà, delà, si bien qu’à quelques piges d’ici

On s’aperçoit  sur la grand place

Que leur taudis est  devenu un palace

Un cinq étoiles que le notaire aussitôt

Revendit pour un million d’euros.

De ticket de millionnaire, point de caché

Mais l’ancêtre, pas con, leur avait montré, avant de crever

Que le boulot rapporte plus gros

Que le loto.

 

Carosof

 

http://environnement.ecole.free.fr/2bgal/img/oudry/fable%20de%20la%20fontaine%20-%20illustration%20oudry%20-%20le%20laboureur%20et%20ses%20enfants.jpg

 

 

Le laboureur et ses enfants

 


Travaillez, prenez de la peine :
C'est le fonds qui manque le moins.

Un riche laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
«Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritage
  Que nous ont laissé nos parents :
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l'endroit; mais un peu de courage
Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût :
Creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place
    Où la main ne passe et repasse.»
Le père mort, les fils vous retournent le champ,
Deçà, delà, partout : si bien qu'au bout de l'an
Il en rapporta davantage.
D'argent, point de caché. Mais le père fut sage
      De leur montrer, avant sa mort,
  Que le travail est un trésor.

 

Jean de la Fontaine

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 16:31

 

 

SACHE QUE JE

 

 

Il y a de la trahison dans "je t'aime"
Pas du mensonge, pas que ça
Des traces de passé qui traînent
Y'a de l’espoir dans ces mots-là

Tu dis "l'amour est un mirage"
Et moi "les mots sont des vauriens"
S'il te faut des phrases pour bagage
Comme une valise pour prendre un train

Alors sache que je
Sache-le
Sache que je

Il y a revivre dans "je t'aime"
Il y a "je ne vois pas d’autre voie"
Revivre au monde, à tes poèmes
Ne plus lire que tes mots à toi

Un malhonnête anathème
Ces trois mots-là ne se crient pas
Il y a un soupçon dans "je t'aime"
Qui demande "qui aimes-tu, toi ?"

Alors sache que je
Sache-le
Sache que je

 

 

              Carosof


 


 

SACHE QUE JE


 

Il y a des ombres dans "je t'aime"
Pas que de l'amour, pas que ça
Des traces de temps qui traînent
Y'a du contrat dans ces mots-là

Tu dis "l'amour a son langage"
Et moi "les mots ne servent à rien"
S'il te faut des phrases en otage
Comme un sceau sur un parchemin

Alors sache que je
Sache-le
Sache que je

Il y a mourir dans "je t'aime"
Il y a "je ne vois plus que toi"
Mourir au monde, à ses poèmes
Ne plus lire que ses rimes à soi

Un malhonnête stratagème
Ces trois mots-là n'affirment pas
Il y a une question dans "je t'aime"
Qui demande "et m'aimes-tu, toi?"

Alors sache que je
Sache-le
Sache que je


 

              Jean-Jacques Goldman

 

 



Repost 0

Présentation

  • : blog à part de carosof
  • blog à part de carosof
  • : de tout, de rien; des photos, des mots, des infos; un peu de ma vie, un peu de votre vie ...
  • Contact

Profil

  • carosof